Textes spirituels

Règle de saint Benoît

Commentaires sur
la Règle


Homélies

Méditations

Références bibliographiques



Formations, stages


AU FIL DES JOURS

Décès du frère Ghislain, Michel Lafont

« Il s’agit pour moi de connaitre le Christ,

d’éprouver la puissance de sa résurrection

et de communier aux souffrances de sa Passion »

Philippiens 3, 10

notre frère Ghislain, Michel Lafont

est décédé dans la nuit du mardi 11 mai 2021, à l’infirmerie du monastère. Le samedi 8, il avait reçu le sacrement des malades.

Né à Paris le 13 janvier 1928, Michel Lafont grandit dans une famille de six enfants. Son père est agent de change. Il étudie à Janson de Sailly, puis à Franklin, à Paris.

A 17 ans, le 29 septembre 1945, il entre au monastère et reçoit le nom de f. Ghislain.
Il fait profession le 1er novembre 1946. Il commence les études de philosophie, puis celles de théologie. Entre 1948 et1949, il effectue son service militaire à Weingarten, en Allemagne.

Le 17 novembre1950, il prononce ses vœux solennels. Il est ordonné prêtre le 6 juin 1952. Il enseigne au studium de la Pierre-qui-Vire à partir d’octobre 1953. En 1956, il obtient une licence en théologie à l’Institut Catholique de Paris puis passe sa thèse en 1961. Au monastère, il est bibliothécaire, mais aussi sous-maître des frères, puis sous-maître des oblats. En 1971, il passe une année sabbatique aux Etats-Unis, à Chicago. Entre 1978 et 1993, il enseigne la théologie six mois par an à l’université bénédictine de St Anselme à Rome, en alternance avec les cours donnés au monastère. Là, il est aussi au service de l’hôtellerie, mais aussi potier.

A son retour de Rome, il devient supérieur du prieuré de Chauveroche, près de Belfort, de 1994 à 1999. De 2007 à 2009, il est procureur de notre Congrégation de Subiaco, à Rome. Ses dernières années, il publie de nombreux ouvrages de théologie, fait des sessions et des conférences, est responsable de la formation permanente ou encore tuteur auprès des étudiants.

Homme d’étude et de réflexion, notre frère Ghislain a consacré sa vie à mettre des mots sur le mystère de Dieu et de l’Eglise. Par ses publications, il désirait établir des ponts entre l’Eglise et la société. Pédagogue et clair, il a marqué beaucoup d’étudiants. Sa pensée ancrée dans son expérience de priant et de chercheur de Dieu touchait. De tempérament inquiet, sa vie a été traversée par une constante recherche d’équilibre, notamment entre la vie intellectuelle qui peut isoler et la vie commune dans laquelle il savait se montrer proche des frères.

Nous nous réunirons auprès de notre frère afin de prier pour lui au cours de l’eucharistie,

ce samedi 15 mai, à 11 heures.

Il sera inhumé dans le cimetière du monastère à la suite de la célébration.

                                                         Père Luc CORNUAU, Abbé