Horaires


Textes spirituels

Règle de saint Benoît

Commentaires sur
la Règle


Homélies

Méditations

Références bibliographiques



Formations, stages


LA PRODUCTION
D'ENERGIES RENOUVELABLES

L'histoire

L'éloignement géographique naturel nous a poussé progressivement à une indépendance énergétique :

- Dans les années 1960, projet et ensuite réalisation d'une usine hydroélectrique.
- En 1970, pour la ferme, après la recherche scientifique avec l'INRA et pour un souci de rentabilité, orientation vers le « biologique » dans l’élevage et la production fromagère.
- Dans les années 2000, le traitement des eaux de la fromagerie par le jardin filtrant.
- En 2005, choix d'une chaufferie centrale à plaquettes de bois pour l'ensemble du monastère.
- En 2010 lancement à la ferme du programme de méthanisation.

L'usine hydroélectrique

Descriptif de l'installation
Usine hydroélectrique, moyenne chute : 31 m, débit maximum 2 m3/s
Puissance 450 kW
Deux groupes hydrauliques équipés : une roue double Francis (80 + 145) kW, et une roue simple Francis 225 kW
Deux alternateurs synchrones : 1.000 tr/min basse tension : 400 V
Un poste de moyenne tension : 400 V/20 kV, pour livraison sur réseau aérien ERDF

Ressource en eau
Le lac de Saint-Agnan, à 4 km en amont, avec droit de lâchers d'eau en hiver.
Pluviométrie moyenne annuelle 1.200 mm
Débit moyen annuel en rivière 1.000 l/s
Prise d'eau en rivière avec passe à poissons de trois bassins, débit réservé 100 l/s
Canal d'amenée : 1,2 km

Supervision informatisée

Production annuelle d’électricité, moyenne sur vingt ans : 1.500.000 kWh
Livraison sur le réseau ERDF : 1.000.000 kWh
Autoconsommation abbaye : 500.000 kWh

Avantage de l'hydroélectricité
Pas d'émission de gaz à effet de serre (CO2), pas de déchets
Source d'énergie renouvelable : cycle de l'eau
Respect de l'environnement : aménagement d'une passe à poissons pour la libre circulation avec un débit réservé fixé par la loi sur l'eau.

Le jardin filtrant

La chaufferie bois

La chaufferie à plaquettes de bois
La chaufferie centrale à plaquettes de bois assure le chauffage des treize bâtiments composant l'ensemble de l'abbaye.
Surface : 15.000 m²
Volume : 57.500 m3
Consommation : 1.540.000 kWh/an, soit 2.500 map/an ou 650 t/an (map : mètre3 apparent de plaquettes bois)

Silo et réseaux de chaleur
Silo d'une capacité 300 m3 qui permet une autonomie moyenne de vingt-cinq jours.
Dessilage du combustible par trois échelles à vérins hydrauliques.
Le réseau de chaleur alimente les chambres de régulation des treize bâtiments de l'abbaye.

Caractéristiques chaufferie bois
Une chaudière de 1.200 kW avec un combustible entre 30% et 50% d'humidité. Système de transfert par chaîne. Décendrage et dépoussiérage des gaz de combustion automatiques dans un container central. Foyer à grille.
Chaudière d'appoint, au fuel, de 900 kW.
Surface de la chaufferie 110 m².
Cheminées de 12 m de haut.

Approvisionnement en bois
Les propriétés forestières de l'abbaye, avec déchiquetage sur place.
Les connexes, écorces et sciures d’une scierie située à 1,5 km de la chaufferie.
Les forêts domaniales et communales gérées par l’ONF.

La méthanisation

Principe de fonctionnement
Utiliser les matières fermentées cibles pour nourrir des bactéries qui vont fabriquer du méthane (lisier, fumier ou déchets organiques, épluchures de pommes, herbes tondues, etc.).
Le méthane est utilisé comme combustible dans un moteur qui entraîne une génératrice et produit de l'électricité. La chaleur du moteur permettra de chauffer la fromagerie.

Objectifs
Permettre l'équilibre financier de la ferme.
Maintenir l'emploi.
Limiter l'utilisation des énergies fossiles.

Caractéristiques techniques
Digesteur : 10 m de diamètre sur 5 m de hauteur.
Fosse de stockage : 20 m de diamètre sur 5 m de hauteur.
Générateur : 30 kW
Production d’énergie sur réseau de chaleur : 60 kW
Écologie-Énergie propre : la décomposition de la bouse de vache dans la nature produit naturellement du méthane. La récupération en centrale permet de réduire la perte du méthane dans l'atmosphère et de diminuer l'effet de serre et par là même la destruction de la couche d’ozone.