Textes spirituels

Règle de saint Benoît

Commentaires sur
la Règle

Homélies

Méditations

Références bibliographiques



Formations, stages


COMMENTAIRES
SUR LA REGLE DE SAINT BENOIT

Chapitre 7, Versets 5 à 9
DE L'HUMILITÉ

5. Aussi, frères, si nous voulons atteindre le sommet de la suprême humilité et si nous voulons parvenir rapidement à cette élévation céleste, à laquelle on monte par l'humilité de la vie présente,

6. il nous faut, pour la montée de nos actes, dresser cette échelle qui apparut en songe à Jacob, et sur laquelle il voyait des anges descendre et monter.

7. Cette descente et cette montée n'ont assurément pas d'autre signification, selon nous, sinon que l'élévation fait descendre et l'humilité monter.

8. Quant à l'échelle dressée, c'est notre vie ici-bas. Quand le cœur a été humilié, le Seigneur la dresse jusqu'au ciel.

9. D'autre part, les montants de cette échelle, nous disons que c’est notre corps et notre âme. Dans ces montants, l'appel divin a inséré différents degrés d'humilité et de bonne conduite, pour qu'on les gravisse.

Commentaire de Père Abbé Luc

Etonnante échelle par laquelle on monte en s'abaissant, et où 1'on descend en s'élevant ... C'est l'échelle de l'humilité qui elle-même est un sommet dans l'abaissement auquel elle conduit. Notre raison peine à comprendre, voire elle peut être rebutée par ce mouvement si profond. Ce n'est peut-être pas pour rien que St Benoit à la suite du Maitre se réfère à la vision de Jacob. Celui-ci en songe voit une échelle sur laquelle montent et descendent des anges. Il voit Dieu qui lui promet que sur cette terre où il dort, se développera sa nombreuse sa descendance, et que Dieu sera toujours avec lui. De même que Jacob a compris à travers cette échelle que Dieu était là en ce lieu, de même à travers le mouvement descendant et ascendant de l'humilité pouvons-nous mieux approcher la présence de Dieu dans notre vie. A travers l'humilité vécue, Dieu est là, et il ouvre une promesse de vie féconde. Peut-être avons­ nous tous fait l'expérience d'avoir vécu une humiliation du fait de notre péché ou de notre faiblesse. Sur le moment souvent, on se cabre, on cherche à se justifier ou bien on se décourage dans la tristesse d'être si peu à la hauteur... Puis vient le second mouvement, où l'on accepte de regarder en face notre faute ou notre faiblesse, de la reconnaitre devant un frère, et de se tenir pécheur confiant devant le Seigneur ... Vient alors comme une grâce de paix qui nous fait toucher quelque chose de la présence de Dieu, de sa miséricorde toujours offerte. Nous ne sommes plus centrés sur nous-mêmes, mais sur Dieu qui est là. «L'âme collée à la poussière » de notre pauvreté, comme dit le psalmiste, humilié à nos propres yeux et ceux des autres aussi parfois, nous acceptons de n'être que cela devant notre Père des Cieux, sûr de son amour plus fort que notre misère. Expérience d'humilité, expérience de paix inséparable d'une expérience de Dieu proche des humbles. « La force des chevaux n'est pas ce qu'il aime, ni la vigueur des guerriers ce qui lui plait, mais le Seigneur se plait avec ceux qui le craignent, avec ceux qui espèrent son amour » (Ps 146, 10-11). Une promesse de vie plus profonde, plus juste nous est offerte par l'échelle de l'humilité. Elle nous conduit jusqu'à la vie de charité parfaite qui chasse la crainte, nous assure Benoit.