Textes spirituels

Règle de saint Benoît

Commentaires sur
la Règle

Homélies

Méditations

Références bibliographiques



Formations, stages


COMMENTAIRES
SUR LA REGLE DE SAINT BENOIT

Chapitre 50, Versets 1 à 4
DES FRERES QUI TRAVAILLENT LOIN DE L'ORATOIRE OU QUI SONT EN VOYAGE.

1. Les frères qui sont au travail tout à fait loin et qui ne peuvent se rendre à l'oratoire à l'heure voulue, –

2. et l'abbé estime qu'il en est bien ainsi, –

3. célébreront l'œuvre de Dieu sur place, là où ils travaillent, en fléchissant les genoux avec crainte de Dieu.

4. De même ceux qui sont envoyés en voyage ne laisseront point passer les heures prescrites, mais les célébreront de leur côté comme ils pourront, et ne négligeront pas de s'acquitter de cette prestation de leur service.

Commentaire de Père Abbé Luc

Ce petit chapitre nous donne d'entendre la priorité que Benoit donne à l'office dans la vie du moine. A la différence de la Règle du Maitre, nous savons qu'il a organisé la Règle en faisant en sorte qu'après les chapitres donnant la dynamique spirituelle de la vie monastique, se trouvent les chapitres concernant la manière de réciter l'office. De même ici, dans les deux chapitres qui évoquent les sorties des frères, la première préoccupation concerne l'office, avant celle des repas au chapitre suivant.
Un apophtegme d'Abba Ampo dit ceci: « l'abeille où qu'elle aille fait du miel, et le moine où qu'il se trouve accomplit l 'œuvre de Dieu». Cette image de l'abeille est suggestive. L'abeille va de ceci delà, mais elle ne perd pas le but de sa course : butiner sur les fleurs tous les nectars possibles afin de ramener du miel à la ruche ... Ainsi en va-t-il du moine. Ou qu'il aille, il ne perd pas le but de sa vie donnée dans la recherche de Dieu. Paradoxalement cette recherche de Dieu se trouve renforcée et retrouve des couleurs, si l'on peut dire, lorsque nous prions l'office, lorsque nous prenons un temps d'oraison ou de lectio, tandis que nous sommes dans un train, un avion ou en voiture avec des frères. En priant seul ou avec un frère dans un train, un aéroport, en voiture, notre prière s'élargit aussitôt aux dimensions du lieu et des personnesqui s'y trouvent. Spontanément nous prions pour les gens qui nous entourent, nous les associons à notre prière. Ainsi nous donnons toute sa mesure à l'œuvre de Dieu(opus Dei) qui veut rassembler dans la louange tous les enfants de Dieu dispersés. De même quand nous prions avec un ou plusieurs frères hors du cadre du monastère, nous redécouvrons alors combien est belle et profonde la communion fraternelle qui nous unit. Elle s'enracine dans l'Esprit du Christ qui nous rassemble pour dire « Père ». Ou encore, lorsque nous célébrons l'office, par ex lors des promenades de l'été, dans la nature, nous nous unissons plus en vérité avec tout le cosmos qui bénit son Seigneur et Créateur... Nous entrainons « soleil et lune ... montagnes et collines» à louer Dieu avec nous, afin « que tout être vivant chante louange au Seigneur! ». Oui, soyons heureux de saisir toutes les opportunités offertes par nos voyages pour célébrer de manière renouvelée l'œuvre de Dieu, à la gloire de son Nom. 8 juillet 2017